Aimer son conjoint comme soi-même, oui, mais …

Aimer son conjoint comme soi-même, oui, mais …

Saint Vincent de Paul a écrit : « Nous ne saurions aimer notre prochain comme nous-mêmes, si nous ne lui procurons le bien que nous sommes obligés de nous vouloir à nous-mêmes, c'est à savoir, l'amour divin qui nous unit à celui qui est notre souverain bien. »

Si ce n'est pas Dieu que l'on aime par-dessus toutes choses, rien n'est plus dangereux que d'aimer son conjoint comme soi-même : c'est le vouloir tailler selon son médiocre patron, c'est chercher à lui imposer le misérable bonheur qu'on a convoité pour soi, c'est le disputer à tout ce qui est plus grand que soi, c'est l’aimer pour soi-même.

C'est cet amour-là qui mène le père à renier le fils parce que celui-ci fait de la philosophie quand il eût souhaité lui voir faire du grec, parce qu'il choisit une femme pauvre quand l'orgueil de son père l'eût voulue riche.
Aimer quelqu'un pour soi, cela aboutit immanquablement à le sacrifier à soi. Ainsi aime la mère qui accepte de voir vieillir à ses côtés, flétrie sans avoir porté de fruit, éteinte sans avoir répandu de lumière, l'enfant que son égoïsme a vouée à son unique service, à son confort, à la satisfaction d'une tendresse plus crochue que les doigts d'Harpagon.

Est-ce là de l'amour ? — C'est aimer comme on aime les pommes de terre frites, pour absorber, pour détruire. C'est un appétit ; ce n'est pas un sentiment. Si c'était cela, aimer, alors il faudrait dire aussi que le loup aime l'agneau !

Aimer celui que nous aimons, non pas pour le dévorer, mais pour lui servir, pour le servir ! — Or, quel plus grand service lui saurions-nous rendre que de le conduire jusqu'à Dieu, puis, l'arrachant de nous, de le donner à Dieu ?

Aimer, c'est vouloir pour notre conjoint, comme on le veut pour soi, ce qu'il y a de meilleur. Il faut donc commencer par aimer Dieu de tout son être et le désirer comme le premier des biens, pour, ensuite, aimant son conjoint comme soi-même, vouloir Dieu aussi pour lui avant tout bien, avant toute créature de ce monde, avant soi-même.

Alors en couple, prenons-nous par la main et partons ensemble.
S’aimer, c’est s’aider vers Dieu, sachant qu’on ne se rejoint qu’en Lui, c’est s’entrainer mutuellement, se soutenir, se pousser, se porter s’il le faut et ne point se quitter avant d’avoir atteint ensemble Celui en qui l’on ne se quitte jamais plus.

Find an Alpha near you

Try Alpha

Find out more about Alpha

Learn more